Le vêtement liturgique

Un vêtement liturgique pour qui ? Pour quoi ?

Philippe BARRAS,

Article extrait de la revue Célébrer, n°269, avril 1997, p 10-14.

 


   Porter un vêtement particulier pour accomplir une action n’est pas fortuit.

L’Eglise n’est d’ailleurs pas la seule à y recourir. Dans quel but avoué ? Avec quelles conséquences pratiques ?

On peut tenter de le préciser en distinguant plusieurs fonctions. 

Fonction ministérielle

Le vêtement indique que ce n’est pas monsieur Untel en son nom propre qui agit, mais qu’il est investi d’une mission et qu’il le fait au titre de sa fonction (comme M. le maire met son écharpe pour marier). Le vêtement marque un effacement de la personne derrière sa fonction.

En cela, il est signe d’humilité. Pour nous, chrétiens, il est le signe que c’est Quelqu’un d’autre qui agit : "Il est présent dans la personne du ministre . . . dans les sacrements, au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ qui baptise (1)." 

Une fonction institutionnelle

Liée à la précédente. Le vêtement, avec son caractère stable, reconnu et rassurant, renvoie à l’institution.

Ce qui se passe déborde le lieu de son effectuation il concerne toute l’Eglise. Cela oblige à une harmonie des vêtements utilisés dans la même institution, si ce n’est à une uniformité (comme pour les militaires).

Une fonction signalétique

Au sein de l’institution reconnue, le vêtement permet de marquer la différence de rang, de ministère, de fonction. Il informe du rôle de celui qui le porte.

Ceci est particulièrement vrai lorsque plusieurs portent un vêtement (ex : évêque, prêtres, diacres, acolytes.. .), mais reste signifiant lorsque les autres ne sont plus là, manifestant la diversité des ministères et leur absence. 

Une fonction cérémonielle

Que le vêtement assume sur deux plans : d’abord directement par son aspect et sa beauté apportant, dans une culture donnée, une esthétique et une noblesse révélatrice de sacré ; et indirectement dans la mesure où il induit un comportement, une manière de se tenir, de se déplacer.

Il suffit, pour s’en convaincre, de regarder une mariée dans sa belle robe longue !

Une fonction festive

Dans le même ordre d’idée. Car le vêtement souligne qu’il s’agit d’un moment exceptionnel, d’un temps hors du temps : une fête.

Comme, dans un passé encore récent, "le costume ou la robe du dimanche" qu’on mettait pour aller à la messe !

Le vêtement donne alors du prix à la présence des gens, non par sa valeur marchande mais par le fait qu’ils le portent aux grandes occasions. 

Une fonction rituelle

Le vêtement introduit une distance entre l’action effectuée et ce qu’elle opère.

L’action n’est pas directement perçue dans son opération immédiate, mais comme symbolique. Elle apparaît enracinée dans une tradition, un passé fondateur, et en même temps elle est valorisée comme signifiante d’un achèvement en devenir, comme porteuse d’éternité (le vêtement des académiciens, qu’on appelle les "éternels" le dit aussi à sa manière !)

Une fonction pratique

Outre toutes les fonctions mentionnées, il faut ajouter bien sûr cette fonction pratique qui fait que le vêtement est (doit être) adapté à la tâche propre du ministre et aux gestes qu’il pose (processionner, se tenir debout, porter la croix, le livre, montrer un objet...), en le soutenant. 

Pour la dignité de l’Homme !

En portant un vêtement liturgique, on porte respect aux personnes rassemblées pour célébrer ! Il faut insister sur ce respect.

Ceux qui viennent à un mariage ou à un baptême le sentent bien. Et il est vraiment navrant d’y voir parfois le prêtre être le seul à n’avoir pas mis un vêtement de fête, n’ayant revêtu qu’une étole minable sur une aube froissée laissant voir des baskets aux pieds !

Il s’agit d’une convention sociale qui s’impose à tous : pour une fête, on s’habille en vêtement de fête ! Y compris - et surtout - les ministres de l’Eglise. Église pour qui chaque liturgie est une fête, particulièrement le dimanche (même si la convention sociale est inversée pour ceux qui travaillent en "costume-cravate", et viennent à l’assemblée dominicale en tenue décontractée).

Le vêtement du célébrant doit être propre et beau c’est une question de respect. Et il n’est pas interdit d’en faire gentiment la remarque, car celui-ci n’en a pas toujours conscience.

Le vêtement liturgique introduit aussi une égalité entre les participants, quelle que soit l’assemblée, les familles concernées et leurs moyens financiers, quelle que soit la qualité personnelle du ministre. La liturgie reste celle de l’Église du Christ.

Cela souligne la grande humilité à porter un vêtement qu’on n’a pas choisi (même si on peut choisir la qualité du tissu, la découpe, les nuances de couleur) et qui désigne le ministère au-delà de la personne.

Pour la dignité de Dieu !

Cette humilité est d’autant plus grande, que le vêtement désigne un Autre que celui qui le porte : le Christ présent, le seul grand-prêtre et le premier serviteur, qui préside et qui agit dans toute la liturgie.

D’où l’importance d’un vêtement digne et beau, sans abondance d’ornements (2).

Il apparaît alors clairement que le vêtement n’est pas le signe visible de l’autorité de celui qui le porte, mais le signe visible que tout ce qu’il fait est fait au nom d’un Autre.

D’ailleurs dans les rituels d’ordination, ce n’est pas l’autorité qui vient en premier, mais l’être même du ministre ordonné recevant l’imposition des mains et pour qui est dite la prière consécratoire.

La vêture vient seulement ensuite comme signe de ce qui vient de se passer - comme le vêtement blanc après le baptême. On comprend dès lors pourquoi l’Église insiste sur le port de la chasuble pour le prêtre célébrant lorsqu’il est seul, et a fortiori pour le(s) concélébrant(s) principal(aux), et de la dalmatique pour le diacre.

Étant sauves les situations particulières, notamment les assemblées très réduites, en semaine, qui demandent un cérémonial moins développé, et où une belle étole sur une belle aube pourra suffire.

    .../...

info@atelierangegardien.com
Atelier de l'Ange Gardien

06 34 72 72 72

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player